ROME






Antonio Canova (1757-1822)
Vénus Victrix (Pauline Bonaparte épouse du prince Camille Borghèse)









Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni 1475-1564,  dit en français MICHEL-ANGE
La Pietà, 1499 (basilique Saint-Pierre de Rome)


 


Chambres de Raphaël, Vatican
Raphaël
, nom francisé de Raffaello Sanzio, 1483-1520


 

MICHEL-ANGE
Chapelle Sixtine, Vatican 1508-1512
















Auto-portrait 1623

Gian Lorenzo Bernini, dit LE BERNIN
7 décembre 1598 / 28 novembre 1680



Enlèvement de Proserpine
1621-1622
Galerie Borghèse

David
1623-1624
Galerie Borghèse


Apollon et Daphné
1622-1625
Galerie Borghèse

Fontaine des Quatre-Fleuves
1648-1651
Place Navone


Statues de la colonnade de la place Saint-Pierre
1657-1673

Michelangelo Merisi da Caravaggio, en français CARAVAGE ou LE CARAVAGE, est un peintre italien né le 29 septembre 1571 à Milan et mort le 18 juillet 1610 à Porto Ercole. Rome est la ville qui comporte la plus grande partie de ses tableaux.



Galleria Borghes

David et Goliath (1606-1607), la Madone des palefreniers ou la Madone au serpent (1606), Le jeune Bacchus malade (1593), Garçon à la corbeille de fruits (1593-1594), Saint Jérôme (1605) , Saint-Jean-Baptiste (1609-1610)


Chiesa Santa Maria del Popolo (église Sainte-Marie-du-Peuple): la Crucifixion de saint-Pierre (1604) la Conversion de saint Paul (1604)



Chiesa San Luigi dei Francesi (église Saint-Louis-des-Français): La vocation de saint Matthieu (1600), Saint Matthieu et l'ange (1602), Le Martyre de saint Matthieu (1599-1600)


Sant'Agostino in Campo Marzio Basilique (Basilique Saint-Augustin ) : La Madone des pélerins(1604-1605)


Palazzo Barberini : Judith et Holopherne (1599-1602), Narcisse (1597), Le Crucifiement de saint André (1606-1607), Saint François en méditation (1603)




 

PASCAL QUIGNARD
Performances de ténèbres

"La Renaissance européenne, si féeriquement, si princièrement italienne, fut le grand moment de la dénudation occidentale des corps. Le grand dévoilement maximal du visible. Puis Caravage le peintre (silencieusement, subitement) se tourne vers l'obscurité de façon intrépide. Il le fait avec une incroyable violence. Il veut tout à coup montrer « autre chose» que le visible. Il entend tourner résolument son regard vers quelque chose d'invisible. "

"Les personnages sur toutes ses images sont attentifs à quelque chose que celui qui les contemple ne voit pas."

"Les mouvements de tous les corps caravagesques dirigent vers « ailleurs ».
Tous les caravagesques plongent les corps dans l'eau ancienne, continue, océanique, d'une ténèbre artificielle où le dessin s'effondre, où les couleurs se colorent, instables, sans qu'elles se délimitent, perdant tout contour, vibrant pour elles-mêmes."

"Il hésita.
Caravage hésita plusieurs années devant son désir, considérant avec attention le petit fleuve des enfers, levant le pied. Et puis, un jour, pris de hardiesse, il plonge. Il préfère finalement à l'ombre que portent derrière eux les corps lumineux, la nuit enivrante où ils se fondent et dans laquelle, finalement, ils se noient tout tiers. Immense génie, immense hardiesse. "

"Un jour, en 1600, chez Caravage, le noir se vida de tout détail visible. Cette absorption du monde dans le noir généra un extraordinaire silence - qui n'a pas cessé, qui ne cesse plus - dans tous les arts de l'Europe."

"La part obscure du monde humain - la part maudite de l'Europe chrétienne - rejoignit la nuit de l'univers qui précéda ce monde.
Omnia nobisfecimus tenebras. Nous nous sommes faits, de toutes choses, des ténèbres. La peur s'est transmise de l'un à l'autre sexe, d'énigme à énigme, d'âge en âge, par la nuit."