PHILIPPE LE GALL




"Mais penser c'est pour moi autre chose que n'être pas tout à fait mort, c'est se rejoindre à tous les instants, c'est ne cesser à aucun moment de se sentir dans son être interne, dans la masse informulée de sa vie, dans la substance de sa réalité, c'est ne pas sentir en soi de trou capital, d'absence vitale, c'est sentir toujours sa pensée égale à sa pensée, quelles que soient par ailleurs les insuffisances de la forme qu'on est capable de lui donner. Mais ma pensée à moi, en même temps qu'elle pêche par faiblesse, pêche aussi par quantité. Je pense toujours à un taux inférieur."

Antonin Artaud


"une feuille morte
l’extrême fragilité
d’une feuille morte

pierre tombale

***

tige et nervures  desséchées
comme tendons et veines
sur les mains
papier jauni ou vieil ivoire
des vieillards

***

feuille morte suaire gris
sur os noirs
bois mort

***

le regard presque l’émietterait
la feuille morte
si on ne le détournait pas

in extremis

et c’est lui
qui vacille

toute mort est annoncée

il fuit

***

plus que sage
celui qui sait voir le printemps

dans une feuille morte

Roger Lahu 01/12/2006 18:41



"La Bretagne, cette folie qui me fait être"

Xavier Grall









"Le difficile est de bien trouver sa place et de retrouver la communication avec soi. Le tout est dans une certaine floculation des choses, dans le rassemblement de toute cette pierrerie mentale autour d'un point qui est justement à trouver.
Et voilà, moi, ce que je pense de la pensée :
CERTAINEMENT L'INSPIRATION EXISTE.
Et il y a un point phosphoreux où toute la réalité se retrouve, mais changée, métamorphosée, - et par quoi ? ? - un point de magique utilisation des choses.
Et je crois aux aérolithes mentaux, à des cosmogonies individuelles."

ANTONIN ARTAUD
L'Ombilic des Limbes