G-H

JEAN-PAUL GALIBERT
Les chronophages

« L'hypercapitalisme apparaît comme un projet de domination de l'ensemble du monde. Maître en l'art subtil de vendre le rien et le néant au prix du réel, il tente une conquête de l'être (et donc des existences) dans sa totalité. Son projet est ontologique : que la rentabilité soit le principe, la cause unique,le seul critère de l'être et du non-être.»

« Le chronophage est à la fois l'objet sacrificiel immédiat et le bénéficiaire ultime d'une rentabilité sans précédent. Il est ce qui obtient une rentabilité absolue par votre sacrifice absolu, et néanmoins plaisant, par la grâce de votre propre imagination.»

1. « Évidance » de la marchandise
2. Rentabilité du réel
3. Iniquité de l'échange
4. Plaisance du consommateur
5. Hypertravail de l'image
6. Évanescence du virtuel
7. Spécularité du capital


MARCEL GAUCHET

 

MARCEL GAUCHER
L'avènement de la Démocratie.
I - La révolution moderne

L'ambition démocratique sera partagée entre deux idées, l'idée que tous pèsent à égalité dans le gouvernement de la communauté, et l'idée que tous composent, de par cette égalité, une unité qui requiert de se gouverner en tant que telle. Elle oscillera entre l'universalité numérique des individus et la subjectivité du collectif.


MARCEL GAUCHER
L'avènement de la Démocratie.
II - La crise du libéralisme

En même temps que sont jetées les bases de la démocratie libérale, à la faveur de l'association du régime représentatif et du suffrage universel, le nouvel univers qui se déploie fait exploser le cadre hérité de l'univers religieux qui avait soutenu l'édifice des libertés fraîchement acquises. Ce sera la source des folies totalitaires comme ce sera le ressort de l' approfondissement et de la stabilisation des démocraties libérales.



MARCEL GAUCHER
L'avènement de la Démocratie.
III - A l'épreuve des totalitarismes
1914-1974

Se noue, en même temps, dans ce moment initial, une équivoque qui sera décisive pour la suite, entre les motifs du ralliement au pouvoir hitlérien et la forme que celui-ci emprunte. Une équivoque entre la conjoncture et la structure, pourrait-on dire. Ce n'est pas, en effet, une conversion subite à l'idéologie nazie qui précipite l'adhésion des masses, mais la réponse que le pouvoir hitlérien semble en mesure, tout d'un coup, d'apporter à une situation désespérée. Triple réponse, à l'impuissance intolérable des institutions, à la descente aux enfers économique et sociale, à l'humiliante mise au ban du pays sur le plan international. Surgit un homme qui, contre toute attente, y compris chez ceux qui votaient pour lui sans trop y croire, se montre capable de redresser la barre et d'inverser la courbe. Il acquiert très vite, orchestration propagandiste aidant, les traits d'un sauveur miraculeux. [...] La pression extra-légale ou le recours à la violence sont camouflés d'un bout à l'autre derrière les apparences d'un légalisme impeccable.


ROLAND GORI

ROLAND GORI
L'individu ingouvernable

"La principale caractéristique de l'homme de masse n'est pas la brutalité ou le retard mental, mais l'isolement et le manque de rapports sociaux normaux." Hannah Arendt

"L'administration de la peur, cela signifie aussi que les Etats sont tentés de faire de la peur, de son orchestration, de sa gestion, une politique." Paul Virilio

"Conformément à une tendance en acte dans toutes les démocraties occidentales, la déclaration de l'état d'exception est progressivement remplacée par une généralisation sans précédent du paradigme de la sécurité comme technique normale de gouvernement." Giorgio Agamben

 


ROLAND GORI
Faut-il renoncer à la liberté
pour être heureux?

"Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté". Confucius

"La croissance économique se révèlera peut-être un jour un fléau plutôt qu'un bienfait mais en aucune circonstance elle ne pourra mener à la liberté ou constituer une preuve de son existence?" Hannah Arendt

"Aie le courage de te servir de ton propre entendement ! Voilà la devise des Lumières." Kant


ROLAND GORI
La fabrique des imposteurs

"A une époque où la loi était considérée comme la source principale du droit, il était normal que ce soit les règles légales qui en soient l'objet. Depuis le xxe siècle et encore aujourd'hui, alors que les sources des règles sociales tendent à se diversifier par le jeu des normes, des recommandations, des déclarations et des standardisations, le droit tend à prendre pour objet l'ensemble des normes. Mais l'autorité qui décrète une loi et l'autorité qui édicté une norme n'ont pas la même origine. C'est ce point que je souhaite souligner : l'évolution constante qui conduit les normes à englober les lois permet leur modification sans véritable débat politique et réflexion sur les principes philosophiques ui les fondent."

"C'est ce pouvoir redoutable de transformation des rapports sociaux par le système des normes qui constitue aujourd'hui la menace la plus sérieuse à laquelle les citoyens et les professionnels ont à faire. Pierre après pierre, il construit le mur de nos servitudes et obture le champ de la démocratie."


"Progressivement d'une manière propre à notre civilisation des mœurs, c'est aux dispositifs normatifs que l'on confie le soin de régler le problème de fond que la loi, le débat citoyen, le débat démocratique ont laissé en suspens. Et c'est en jouant sur des règles souvent purement formelles que ces dispositifs caractéristiques de notre civilisation imposent des normes et favorisent des courants de pensée et des pratiques, souvent les plus en phase avec les valeurs idéologiques de la société concernée."

"La conjonction d'un système totalitaire de normes imposé par une évaluation généralisée prétendument objective qui transforme les humains en choses, leurs actes en marchandises, dont les effets sont amplifiés par la puissance de la technique, la destruction progressive des tissus démocratiques, fait d'autant plus courir un risque à la démocratie que l'avenir semble incertain, confus, indécis, et que le corps social perd lentement ses repères."

"Ce risque est d'autant plus grand aujourd'hui que les figures de l'intellectuel et du savant ont été démolies et disloquées au profit de ces « petits maîtres » que sont devenus les experts. Jamais autant qu'aujourd'hui la démocratie n'a été menacée par un «coup d'État permanent», insidieux, doux et féroce à la fois, une inclination généralisée des masses à s'en remettre à un pouvoir anonyme, injuste et lâche mais redoutablement efficace, garant des inégalités sociales et de leur accroissement obscène, et largement légitimé par un « savoir non narratif» des chiffres et des notations que lui procurent les «imposteurs de l'économie» et autres «scribes de nos nouvelles servitudes ». C'est aussi la science que l'on assassine en son nom."

" Je revendique avec Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau L'Intraitable Beauté du monde , la «créolisation » des sociétés modernes et de leurs cultures, les métissages des traditions et des formes de rationalité, la magie du signifiant et l'efficace du signe, l'abandon créateur du rêve et la saisie-arrêt du réalisme, le potentiel du chaos et l'ordre insurgé de la pensée vigile, la rigueur de la poésie et la beauté des mathématiques, l'impensable et le prédictible, le labeur et le jeu, le mélange des genres et la police du raisonnement, le lâcher-prise et le choix calculé, la «diversité consentie» et la transmission assumée, les archipels de l'imaginaire et les océans de la technique, les éclairs des poèmes et les foudres du savoir, « le jazz et la java ». J'exige une « pensée de la diversité » qui refuse les morales d'État civil et les assignations à résidence des individus et des formes de vie, des formes du penser et de l'éprouver. Je revendique le tour de main de l'artisan et la haute technologie des tours de contrôle, je revendique l'esprit du village grec ou corse et la liberté des villes, la haute solitude de l'Alta Rocca et le bruissement de Montparnasse. Je revendique la biodiversité, la « créolisation » de l'existence, sans laquelle la liberté est un leurre. Je revendique la liberté de désirer en vain, celle qui trouve dans le réel les limites de l'impossible, sans concession aux conformismes et autres chloroformes de la nouvelle civilisation des mœurs."

" Aucune connaissance, aucun savoir sans exception, n'est véritablement émancipateur s'il ne parvient pas à ces solutions de fortune qui transforment un point de vulnérabilité, de manque ou d'insuffisance, en progrès et en invention."

"La grande pauvreté aujourd'hui est aussi celle de notre manière monotone de voir le monde, de le dire et de le penser. La misère est autant matérielle que symbolique, son traitement aussi. Il faut rendre au langage, en politique comme ailleurs, la puissance symbolique, l'efficacité performative qui a fondé les démocraties en répondant à «l'impatience de l'égalité». Il faut permettre au langage et à la parole politiques de troubler l'ordre «normal». Laissons au poète le dernier mot : «Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égard ni patience »


DAVID GRAEBER
Bureaucratie

"Une critique de la bureaucratie adaptée à notre époque doit montrer que tous les fils conducteurs — la financiarisation, la violence, la technologie, la fusion du public et du privé -convergent pour former un réseau unique qui s'auto-alimente."

"La matraque du policier est le point de jonction précis entre l'impératif bureaucratique qu'a l'État d'imposer des schémas administratifs simples et son monopole de la force coercitive. Il est donc tout à fait compréhensible que la violence bureaucratique soit faite, d'abord et avant tout, d'agressions contre ceux qui persistent à défendre d'autres schémas ou des interprétations différentes. En même temps, si l'on accepte la célèbre définition que donne Jean Piaget de l'intelligence parvenue à maturité, l'aptitude à coordonner de multiples perspectives (ou perspectives possibles), on peut voir ici avec précision comment le pouvoir bureaucratique, au moment où il recourt à la violence, devient littéralement une forme de stupidité infantile."

"Il semble que, chaque fois que la gauche décide de jouer la sécurité et de suivre un cap "réaliste", elle ne fait que s'enfoncer un peu plus."

"Récapitulons la thèse que j'ai avancée jusqu'ici : les procédures bureaucratiques, qui ont l'étrange capacité d'amener même les esprits les plus fins à se conduire en imbéciles, sont moins des formes de stupidité en elles-mêmes que des moyens le faire face à des situations déjà stupides parce qu'elles dérivent d'une violence structurelle. Ces procédures finissent donc par participer de l'aveuglement et de la bêtise qu'elles cherchent à gérer. Dans le meilleur des cas, elles deviennent des moyens de retourner la stupidité contre elle-même, un peu comme on pourrait le dire de la violence révolutionnaire. Mais la stupidité au nom de l'équité et de la décence reste de la stupidité, et la violence au nom de la libération humaine, de la violence. Ce n'est pas par coïncidence que les deux semblent si souvent s'accompagner."

"Ce que « le public », « la main-d'œuvre », « le corps électoral », «les consommateurs » et «la population» ont en commun, c'est de devoir leur existence à des cadres d'action institutionnalisés qui sont intrinsèquement bureaucratiques, donc profondément aliénants. Les isoloirs, les écrans de télévision, les box des bureaux, les hôpitaux, le rituel qui les entoure, tout cela constitue, pourrait-on dire, les ressorts de la machine «aliénation». Ce sont les instruments qui servent à écraser et fracasser l'imagination humaine. "


NICOLAS GRIMALDI
L'inhumain

La première forme d'indifférence à autrui s'ensuit d'une concentration de toute l'attention sur soi-même.

 

FELIX GUATTARI
Chaosmose

C'est dans le maquis de l'art que se trouvent les noyaux de résistance parmi les plus conséquents au rouleau compresseur de la subjectivité capitalistique, celle de l'unidimentionnalité, de l'équivaloir généralisé, de la ségrégation, de la surdité à l'altérité vraie.

CLAUDE GUDIN
Une histoire naturelle de la séduction

"Je suis au microscope, à l'autre bout de la platine, une préparation de Chalamydomonas nivalis, des algues de la famille des chlorophycées.Algues vertes, bleues, rouges, jaunes, dorées, brunes, ce sont bien les algues primitives qui ont inventé les couleurs. J'isole une cellule et j'observe. Un grand choloroplaste, à son extrémité un petit point rouge, le stigma...Troublant ce petit oeil qui, peut-être m'observe à l'autre bout du microscope. On retrouve là la rhodopsine des archéobactéries, ce petit caroténoïde qui constitue la plaque sensible de la rétine. Vertigineux, ce raccourci de vingt centimètres qui sépare nos deux rhodopsines espacées de trois à quatre milliards d'années..."

JEAN-CLAUDE GUILLEBAUD
Le goût de l'avenir

"Le religieux dans son ensemble devient ainsi une sorte d'extension du Conseil constitutionnel. La religion (mise au pluriel) n'est plus combattue par l'Etat laïc, mais sollicitée par lui - avec de plus en plus d'insistance -, afin de fournir à la modernité ce qu'elle ne sait pas produire : le sens."

JURGENS HABERMAS
L'AVENIR DE LA NATURE HUMAINE
Vers un eugénisme libéral?

"Est-ce que le premier homme qui déterminera dans son être naturel un autre homme selon son bon vouloir ne détruira pas également ces libertés égales qui existent parmi les égaux de naissance afin que soit garantie leur différence?"

PMS. HACKER
Wittgenstein

"La philosophie défait les noeuds de la pensée; c'est pourquoi son résultat doit être simple, mais son activité aussi compliquée que les noeuds qu'elle défait."


PIERRE HADOT

PIERRE HADOT
Discours et mode de vie philosophique

La philosophie moderne a refusé définitivement l'argument d'autorité, elle a reconnu que la vérité n'est pas donnée, mais qu'elle est l'œuvre de l'élaboration d'une raison qui se fonde sur elle-même. Mais, après une période d'optimisme, pendant laquelle on a cru au mythe d'un commencement absolu, d'une fondation originaire et d'une autoposition de la pensée, la philosophie est devenue consciente de son conditionnement historique et linguistique. Il semble bien que l'on puisse se représenter l'évolution de la philosophie moderne et contemporaine comme un retour à un mode de pensée exégétique ; mais cette fois il s'agirait d'une exégèse qui se rapporterait au sens des œuvres humaines dans leur totalité et qui serait consciente de ses démarches et de ses limites.


PIERRE HADOT
Wittgenstein et les limites du langage


L'acte de comprendre une proposition du langage est beaucoup plus apparenté que l'on ne croit, à l'acte de comprendre un thème en musique. Je veux dire ceci: l'acte de comprendre une phrase linguistique est beaucoup plus proche que l'on ne croit de ce que l'on appelle habituellement: comprendre un thème musical.


PIERRE HADOT
Le voile d'Isis
Essai sur l'histoire de l'idée de Nature

"La Nature aime à se cacher" Héraclite

"Dans une toute autre perspective que les attitudes de violence et de respect que j'ai qualifiées de prométhéenne et d'orphique, on pourrait déceler, d'un bout à l'autre de l'histoire de la science aussi bien antique que moderne, une tension entre deux orientations éthiques, d'une part une éthique de la recherche objective et désintéressée, dont nous venons de voir la continuité d'Aristote à Jacques Monod, de l'autre, une éthique de la recherche utile mise au service de l'homme et ayant pour objectif, soit le perfectionnement de l'individu lui-même - et l'étude sera alors "exercice spirituel" - ,soit la transformation des conditions de la vie humaine."


PIERRE HADOT
Qu'est-ce que la philosophie antique?

"Le philosophe éprouve cruellement sa solitude et son impuissance dans un monde déchiré entre deux inconsciences : celle que provoque l'idolâtrie de l'argent et celle qui résulte de la misère et de la souffrance de milliards d'êtres humains. Dans de telles conditions, le philosphe, décidément, nepourra jamais atteindre à la sérénité absolue du sage. Philosopher, ce sera donc aussi souffrir de cet isolement et de cette impuissance. Mais la philosophie antique nous apprend aussi à ne pas nous résigner, mais à continuer à agir raisonnablement et à nous efforcer de vivre selon la norme qui est l'Idée de sagesse, quoi qu'il arrive, et même si notre action nous paraît bien limitée. Comme le disait Marc Aurèle :

N'espère pas la République de Platon, mais sois content si une petite chose progresse, et réfléchis au fait que ce qui résulte de cette petite chose n'est précisément pas une petite chose!

CLIVE HAMILTON
Requiem pour l'espèce humaine

"Le monde est en train de basculer dans un avenir hostile. Notre obstination à tirer profit de la planète au-delà des limites supportables par son écosystème a déclenché des effets indirects si dramatiques que la crise climatique menace désormais notre existence.
Nous avons nié cette réalité. Nous avons ignoré ou accueilli avec lassitude les signaux d'alarme des climatologues, refusé de remettre en cause le dogme de la croissance et l'obsession consumériste. Nous devons maintenant en mesurer les conséquences pour le XXIe siècle et agir afin de tirer le meilleur parti de l'inéluctable."

"S'il est trop tard pour empêcher le bouleversement climatique, nous ne sommes tout de même pas condamnés à l'inaction. Tout succès dans la réduction des émissions est préférable à rien, car il peut au moins ralentir le réchauffement et ses effets. Il n'est pas vain non plus de lutter contre ceux qui baissent les bras. Et nous pouvons commencer à nous préparer aux conséquences du bouleversement climatique, non pas en nous protégeant égoïstement, mais par un engagement politique énergique : il nous faut construire collectivement des démocraties capables de mettre en place les meilleures défenses contre un climat plus hostile, des démocraties qui n'abandonneront pas les personnes démunies et vulnérables à leur sort tandis que ceux qui auront les moyens de se protéger s'y consacreront aussi longtemps qu'ils le pourront. Car nous devons absolument garder à l'esprit ceci : lorsque les puissants auront compris que les implications dramatiques de la crise climatique les menacent, eux et leurs enfants, ils imposeront à tous, à moins de rencontrer une résistance, leurs propres solutions, des solutions qui protégeront leurs intérêts et exacerberont les inégalités d'accès aux moyens de survie, abandonnant les pauvres à eux-mêmes. Il en a toujours été ainsi. Nous devons démocratiser la capacité de survie."

 

ERIC HAZAN

"L'ordre existant, ce scandale permanent mondial, ne répond plus à personne, ni de rien.
Il a renoncé à tout argument, hormis celui de la force."

 

Planète IO

Eric Hazan

La fabrique




ERIC HAZAN
La dynamique de la révolte

"En fait de progrès fulgurants du fascisme en France, ce qu'il y a, c'est l'exaspération de gens qui n'en peuvent plus des cadres politiques et idéologiques imposés, qui ruent dans les brancards, qui donnent dans toutes sortes de panneaux en l'absence de mouvements révolutionnaires qu'ils puissent entendre et rejoindre. Or c'est précisément la bourgeoisie culturelle qui contribue à cette absence, qui travaille d'instinct à la démoralisation politique générale, tantôt par la calomnie, tantôt par le ricanement, souvent par le silence."


ERIC HAZAN
Une traversée de Paris

«Mon trajet, d'Ivry à Saint-Denis, suit à peu près la ligne de partage entre l'est et l'ouest parisiens ou, si l'on veut, le méridien de Paris. Cet itinéraire, je l'ai choisi sans réfléchir mais dans un deuxième temps il m'a sauté aux yeux que ce n'était pas un hasard, que ce tracé suivait les méandres d'une existence commencée près du jardin du Luxembourg, menée pendant longtemps face à l'Observatoire et poursuivie au moment où j'écris plus à l'est, à Belleville, mais avec de longues étapes entre-temps à Barbès et sur le versant nord de la butte Montmartre. Et de fait, sous l'effet de cet incomparable exercice mental qu'est la marche, des souvenirs sont remontés à la surface au fil des rues, jusqu'à des fragments de passé très lointains, à la frontière de l'oubli. »


MARTIN HEIDEGGER

MARTIN HEIDEGGER
De l'essence de la liberté humaine

Liberté négative veut dire : liberté de...la contrainte, le fait d'être dégagé, d'être à l'écart de cette contrainte. La liberté au sens positif ne signifie pas un tel écart vis-à-vis de..., mais une conversion vers...; la liberté positive consiste à être libre pour..., à se tenir ouvert pour..., donc à se laisser soi-même déterminer par..., à se déterminer à partir de soi - soi-même - son agir propre, de donner soi-même sa loi à son agir.C'est dans ce sens d'autodétermination que Kant entend positivement la liberté, puis, plus profondément, comme "auto-activité, spontanéité absolue". Il la définit comme le "pouvoir", en l'homme, de "se déterminer soi-même"
Liberté signifie donc spontanéité absolue: pouvoir d'autocommencement d'un état, et autonomie : auto-législetion d'une volonté raisonnable.


MARTIN HEIDEGGER.
Chemins qui mènent nulle part

Alors la pensée doit être dictée à la ruche de l'être. Elle fait entrer l'aube du pensé dans la proximité de son énigme.


MARTIN HEIDEGGER
acheminement vers la parole

"La poésie n'est jamais simplement un mode plus élevé du langage quotidien. C'est plutôt le contraire : le langage quotidien est un poème oublié et donc usé, dont on ne ressent presque plus l'appel."

"L'homme parle pour autant qu'il répond à la parole. Répondre, c'est être à l'écoute."

"L'animal non encore arrêté en son être propre, c'est l'homme de maintenant "

 


MARTIN HEIDEGGER
Essais et conférences

Il n'y a pas de pont qui conduise des sciences vers la pensée, il n'y a que le saut.

au-delà de la guerre et de la paix règne l'errance pure et simple, dans laquelle l'usure de l'étant permet à la mise en oedre de s'assurer elle-même à partir du vide laissé par l'abandon de l'être.

HERACLITE
Fragments

"Rubrique : la forme du soleil.
Pour Anaximène, il est plat et large, comme une feuille. Pour Héraclite, il a la forme d'un bol légèrement incurvé, il se nourrit des exhalaisons de la terre. Pour les Stoïciens, il est sphérique comme le monde et les astres. Epicure dit que tout ce qui a été énoncé est possible."
Héraclite : "Le soleil est le protecteur et le surveillant, qui borne, arbitre, fait connaître et voir les changements comme les saisons qui apportent toutes choses"

AXEL HONNETH
La société du mépris

Le paternalisme menace partout où la justification de principe quant à l'exigence de services sociaux, et donc le caractère exigible de prestations assistancielles, est systématiquement noyée dans un discours de la responsabilité individuelle. Plus se réduit la possibilité d'appréhender les prestations de l'État-social comme des droits et plus grand est le danger de voir ces prestations abandonnées à l'arbitraire d'une bureaucratie délestée d'une partie de ses tâches, ou de les voir confiées à des associations de la société civile dont la capacité à obtenir suffisamment d'attention publique et de donations reste imprévisible

MARC-VINCENT HOWLETT
Triomphe de la vulgarité

La pertinence de l'individu n'est donc pas tributaire de son statut de sujet, de citoyen et encore moins de sa singularité, mais de sa capacité à faire l'épreuve et la preuve de son indifférenciation, et de son pouvoir à s'affirmer comme héraut d'une parole insignifiante au cœur de cette indifférenciation. C'est le règne de ce que j'appellerai et écrirai dorénavant ainsi: le « Tout-un-chacun », soit l'idée d'un ensemble en position de tout qui se manifeste comme un (qui n'accepte ni le deux ni l'altérité) et dans lequel chacun se doit de participer indifféremment à ce tout. Ce « Tout-un-chacun » n'est ni une foule (rencontre indéfinie d'individus) ni une communauté (nation, groupe, association, parti, etc., dont la constitution suppose un signifiant-maître comme principe revendiqué d'appartenance), mais un ensemble dans lequel chacun - se leurrant dans le un de sa position d'individu - se fond dans l'Un d'un Tout dont il ne reconnaît pas le principe unifiant.